Voyage scolaire "virtuel" au Mali ! - Mairie de Hauterive

Aller au contenu
Vie Municipale > Conseil des Ecoliers > 2017-2018
La délégation malienne comme les élèves ont beaucoup apprécié de faire un peu connaissance à travers le quotidien des uns et des autres.
Déjà sensibilisés aux civilisations étrangères par la voix du Conseil municipal d’écoliers, les élèves de l’école des Sources ont accueilli une délégation malienne.
Présente dans le cadre du 30ème anniversaire du jumelage Allier-Niafunké, cette délégation malienne était l’hôte de la municipalité.
Pour rappel, la commune est membre du comité de jumelage Pays d’Escurolles-Lac Koboro et, à ce titre, Didier-Corre, maire, en assure la vice-présidence avec Jean-Pierre Moulin, maire d’Escurolles. C’est lui qui a accueilli la délégation malienne conduite par Dédéou Traoré, député de Niafunké.
Un témoignage riche pour les jeunes écoliers…
Visite, de l’école et rencontre des élèves, de la cantine, du parc photovoltaïque et accueil en mairie ont symbolisé leur passage. Un passage qui aura laissé nombre de souvenirs aux élèves de primaire qui ont pu l’interroger sur différents sujets. «Nos vêtements sont des boubous, ils sont de différentes couleurs. Nos maisons sont construites en briques ou en terre selon si on se situe en ville ou à la campagne.
Pour la nourriture, nous mangeons du riz, de la viande de bœuf, de mouton, du poisson, de la volaille et notre religion nous interdit de manger du porc. Pour ce qui est de l’école, quand nos enfants rentrent chez eux, ils doivent participer à la vie de la maison : le ménage, la cuisine pour les filles et l’apprentissage d’un métier pour les garçons.
Nous parlons, selon l’ethnie à laquelle nous appartenons, le français, le bambara, le songhaï, le peul, le bozo, le dogon. Nous sommes bien sûr équipés de téléphones portables. Quant à la coupe du Monde, on regarde, mais notre pays n’est pas qualifié. Il y a un peu moins d’intérêt même si quelques-uns des joueurs français ont des origines maliennes.»
Chaleur, voiture, jeux vidéo, monnaie malienne, animaux domestiques, autant de questions qui ont nourri des échanges très terre à terre conclus par l’interprétation des hymnes de chacun des pays.


Retourner au contenu