14 août 2019 - Mairie de Hauterive

Aller au contenu
Vie Municipale > Commémorations - Cérémonies
C'est un anniversaire triste, mais ô combien important que la municipalité célèbre chaque année, le 14 août.

Voilà tout juste 75 ans, Célestin Chino et Antoine Fullin, résistants, étaient froidement abattus dans le parc des Dominicains.

Devant la stèle placée à l'entrée du parc, en bordure de route et érigée en août 1945, puis dans le parc lui-même, Didier Corre, maire, ses collègues élus, les associations d'anciens combattants et porte-drapeaux, ont rappelé leur martyr.

Après deux dépots de gerbes effectués par Didier Corre, Elie Gouyard des AC-PG-CATM et Jean-Daniel Destemberg, administrateur national du Souvenir Français, Alain Menigoz donnait lecture des circonstances de ce drame.

"Le sens même de cette cérémonie, commentait Didier Corre, n'est pas seulement de pleurer ces morts pour la France, mais de continuer leur combat contre le racisme, la xénophobie, la barbarie, en bref contre toute forme de dictacture. A l'heure où les haines resurgissent sur notre territoire, voire dans nos collectivités, où tant de fausses nouvelles circulent sur les réseaux sociaux, cette cérémonie en appelle à notre vigilance permanente et demain peut être à notre action. Tel est le message que ces héros ont laissé."

Un message conforté par les propos de Jean-Daniel Destemberg qui rappelait les dernières heures de la présence allemande en Bourbonnais. "Celle-ci, se sachant en péril suite au débarquement en Normandie, n'a pas hésité à bafouer toutes formes de ginité humaine. Souhaitons que ce devoir de mémoire, accompli ici et ailleurs, ne devienne pas un besoin de mémoire."

A l'issue de la cérémonie un porte-drapeau a été honoré. Joël Thévenon, actif et impliqué au sein de la vie communale pendant de nombreuses années, s'est vu remettre un insigne pour ses dix années de porte-drapeau au sein de la section locale des AC-PG-CATM et veuves de Serbannes.

Lors de la cérémonie dédiée aux fusillés, il a reçu cet insigne des mains d'Elie Gouyard, membre du comité départemental des AC-PG-CATM et veuves et le diplôme par Didier Corre, maire.

"Son engagement au sein de la collectivité a toujours été constant et il se perpétue au sein d'associations patriotiques. Il est ainsi le porte-drapeau de la commune", indiquait Didier Corre.

Retrouvez, ci-dessous, les discours prononcés par Didier Corre, Maire de Hauterive, lors de cette cérémonie :

"Cette stèle à l'entrée du parc, érigée sur le domaine public en souvenir des événements que nous commémorons aujourd'hui, rappelle à tous le drame qui a marqué à jamais notre commune, 75 ans plus tôt, l'assassinat par l'occupant nazi de deux jeunes Hauterivois : Célestin Chino et Antoine Fullin. Je vous invite maintenant à poursuivre l'instant de recueillement que nous venons d'observer ici sur les lieux mêmes de la tragédie.

Nous voici, ici à l'intérieur du parc, à l'endroit exact où il y a tout juste 75 ans, le 14 août 1944, deux Hauterivois ont été fusillés par les nazis au paroxysme des atrocités commises en cette période très troublée de répression sauvage de tout acte de résistance dans notre pays. Par souci de vérité historique et afin qu'on se souvienne de façon précise de la tragédie de ce fatidique jour pour Célestin Chino et Antoine Fullin, je vous propose d'écouter attentivement, comme chaque année, la lecture des faits tels qu'ils se sont déroulés et rapportés par toute une série de documents officiels et de témoignages consignés dans un dossier que Monsieur Moniot, alors président de l'UFAC Vichy, avait remis en mairie.

Comme chaque année, le jour anniversaire de ce drame qui a marqué à jamais l'histoire de notre commune, nous nous réunissons pour rendre hommage à ces deux résistants devenus des martyrs pour une cause à laquelle il croyait plus que tout : la liberté de notre pays.

Le sens-même de cette cérémonie que l'on essaye de rendre la plus solennelle possible n'est pas seulement de pleurer ces morts pour la France comme ont pu ou peuvent encore le faire leurs familles et leurs amis mais de continuer leur combat contre le racisme, la xénophobie, la barbarie, en bref contre toute forme de dictature.

A l'heure où l'abattement, la désespérance et les haines ressurgissent partout sur notre continent, dans notre pays voire dans nos petites collectivités elles-mêmes à l'heure où chaque jour sont remis en cause le projet de société et les valeurs pour lesquels tant d'hommes et tant de femmes sont tombés, à l'heure où tant de fausses nouvelles se propagent sur les réseaux sociaux, cette cérémonie en appelle à notre vigilance permanente et demain, peut-être, à notre action. Tel est le message que nous ont laissés les héros de la résistance. Malgré la peur, malgré la difficulté, combattre par tout moyen possible est un devoir lorsque c'est la dignité de l'homme qui est en cause. C'est le message de Célesin Chino. C'est le message de Antoine Fullin. Et c'est le message des innombrables soldats inconnus, de l'armée régulière et de l'armée des ombres, tombés sur les champs d'honneur de la France.

L'histoire nous transmet la très grande responsabilité d'être à la hauteur, à la hauteur du passé, à la hauteur des défis d'aujourd'hui et de demain pour que nous puissions, nous et surtout, nos descendants continuer à vivre dans un pays libre.

Faisons notre maxime de l'orateur d'état Athénien Périclès : "Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage."

Discours prononcé lors de la remise de médaille à Joël Thévenon :

Nous sommes tous réunis ici à l'initiative de M. Christian Bejada, Président de l'Association des Anciens Combattants-Prisonniers de Guerre - Combattants Algérie-Tunisie-Maroc de Serbannes, un diplôme et une médaille votre être remis pour les 10 années de porte-drapeaux de M. Joël Thévenon.

Pour beaucoup de personnes ici présentes, Joël Thévenon n'est pas un étranger. Je dirais même plus qu'il est connu de la plupart des Hauterivois d'abord parce qu'il a toujours établi d'excellentes relations avec son voisinage avec ses collègues dans le cadre de ses activités professionnelles, que son épouse fait partie d'une famille honorable d'Hauterive, mais aussi parce qu'il a participé et participe toujours à la vie de la commune. A tel point d'ailleurs, qu'il est entré au Conseil Municipal, comme moi en 1983 et y resté jusqu'en 2014 et qu'il fut mon adjoint aux travaux pendant tout un mandat. Son engagement auprès de la collectivité a toujours été constant et se perpétude au sein des association dont il est membre.

Depuis 10 ans, il est le porte-drapeaux de la commune pour toutes les cérémonies patriotiques mais aussi pour toutes les manifestations auxquelles participent l'association ACPG-CATM de Serbannes et, dans ces circonstances moins heureuses, à l'occasion des funérailles d'anciens combattants ou prisonniers de guerre.

Comme tous les engagements qu'il a acceptés au service de la collectivité, Joël assume cette mission de porte-drapeaux qu'il faut accomplir par tous les temps avec beaucoup d'abnégation et sérieux et dans jamais défaillir.

Le Diplôme signé de la main-même du Secrétaire d'Etat auprès de la Ministre des Armées, Madame Geneviève Darrieusecq et la médaille qui lui est associée, sont donc amplement mérités car ce sont la reconnaissance de l'ensemblz de la nation pour la fonction importante de porte-drapeaux indispensables à la solennité de toutes les commémorations comme celle d'aujourd'hui.

Merci mon cher Joël de cet engagement que, j'espère, tu pourras continuer encore de nombreuses années.


Retourner au contenu